/* Disable related YouTube videos with DIVI */
Paroisses Catholiques de Dinard | Pleurtuit | Saint-Briac | Saint-Lunaire | Saint-Enogat | La Richardais | Le Minihic-sur-Rance

On en parlait depuis bien longtemps déjà, et le jour est arrivé ! En ce dimanche des Rameaux, la messe de Pleurtuit est télévisée, pour l’émission « le Jour du Seigneur », afin de permettre à quelques 600 000 personnes qui ne peuvent se déplacer, de suivre la messe de chez eux.

L’agitation commence dès vendredi : Pleurtuit voit arriver 5 ou 6 énormes camions, et presque 40 personnes, qui vont s’activer toute la journée et le lendemain. Il s’agit de tout préparer, lumières, sonos, chaises, et de faire répéter tous les intervenants, prêtres, diacre, servants et servantes, chorales, musiciens, lecteurs, afin que la messe soit un beau moment de prière et de recueillement, un moment capable d’aider les malades à vivre cette fête des Rameaux en union avec toute l’Eglise.

En ce dimanche, dès 9h45, l’église commence à se remplir. Ce qui frappe en arrivant, c’est cette lumière éclatante ; on en oublierait le petit crachin bien breton du dehors. Chacun s’active dans un grand calme et le sourire aux lèvres. La chorale répète encore une dernière fois ; les prêtres, debout à l’autel, attendent les ordres pour les essais de micros ; les servants commencent à avoir un peu la bougeotte ; il faut dire qu’ils ont déjà eu 4 heures de répétition la veille…

Tandis qu’à la régie, chacun est à son poste, dans l’église, les responsables du Jour du Seigneur donnent à l’assemblée les dernières consignes, insistant bien sur le fait que cette messe télévisée est d’abord un service.La meilleure façon d’aider les malades à prier, c’est de prier nous-mêmes, en oubliant les projecteurs et les cameramen. Montrons à ceux qui nous regardent un visage de ressuscité, souriant, rayonnant, priant !

Après avoir écouté toute les consignes, l’assemblée se réunit sur le parvis, aimablement mais fermement guidée par Pierre, le « Grand Organisateur », qui gère toute cette journée.

Après une courte interview du Père Luc, expliquant la Semaine Sainte et tout ce que les catholiques revivent pendant le Triduum Pascal, la cérémonie commence, avec la bénédiction des Rameaux (et des parapluies !), et l’Evangile de saint Marc, lue par Jacques notre diacre.

Chacun prend place ensuite dans l’église. Les trois prêtres, le Père Luc, le Père Gaël et le Père Bertrand concélèbrent, la chorale est animée par Murielle, avec plusieurs musiciens dont des jeunes du groupe de pop chrétienne Mission, les servants et servantes de Pleurtuit ont accueilli dans leurs rangs des servants et servantes de Notre-Dame de Dinard.

Après avoir entendu dans l’Evangile le récit violent de la mort de Jésus, humilié, bafoué, le Père Luc dans son homélie nous invite à découvrir la réalité du sacrifice de Jésus. « La grâce que je souhaite à chacun : accueillir et regarder la croix comme si c’était la première fois, accueillir et regarder la croix comme si c’était la dernière fois, accueillir et regarder la croix comme si c’était l’unique fois. » Puis il invite chacun, dans l’église ou devant son poste, à prier devant la croix, les mains ouvertes, en silence : un acte de foi, un merci à Dieu : « ta croix est ma lumière, mon espérance, ma victoire ».

Marine, une catéchumène, est ensuite invitée à venir devant l’autel, pour la dernière étape avant son baptême, qui aura lieu à la veillée pascale.

Pendant l’offertoire, les jeunes de Mission nous aident à prier avec un chant de leur composition : « Jésus, je t’adore… je n’ai qu’un trésor, ton Amour pour moi…  »

La messe, bien minutée par l’équipe du Jour du Seigneur, se termine juste dans les temps. Une belle liturgie qui aura, nous l’espérons, aidé à entrer dans la semaine sainte, tous ceux qui l’ont suivie à la télévision.

Merci à toute l’équipe du Jour du Seigneur, aux techniciens, photographes, cameramen, pour ce beau service auquel ils se consacrent chaque dimanche pour ces 600000 personnes qui, grâce à eux, restent unis à toute l’Eglise.
Merci aussi à toute l’équipe de Pleurtuit, qui nous a épatés par sa grande vitalité
 !

Praesent diam Donec non tempus suscipit ante.