/* Disable related YouTube videos with DIVI */
Paroisses Catholiques de Dinard | Pleurtuit | Saint-Briac | Saint-Lunaire | Saint-Enogat | La Richardais | Le Minihic-sur-Rance

Mercredi 22 août nous avons eu la joie d’accueillir 28 grands parents pour de un temps de relecture et partage de notre été. Venant de St Malo, Dinard, Lancieux, St Cast….les participants ont pu partager sur leurs joies et leurs difficultés dans leur belle mission autour d’un buffet/repas partagé . Dans une ambiance très conviviale la soirée s’est achevée à 22h30. Nous souhaitons tous renouveler cette expérience l’été prochain… »

Les compliments sont des rayons de soleil verbaux.

Les gestes d’amour sont importants mais aimer chacun spécifiquement comme il voudrait être aimé n’est pas facile.
Il y a des « trop », des « pas assez », des « moins que », et des « plus que ».

Par quoi ça passe, s’aimer en famille ?

L’égalité stricte est impossible. Les rites et rituels sont souvent utiles et assurent un cadre affectif. Ce qui compte dans le rituel, ce n’est pas son contenu mais sa régularité.
Plutôt que d’effectuer des cadeaux coûteux, pourquoi ne pas offrir un « bon pour » :
Un massage câlin avant de dormir …. Ton plat préféré …. Un cinéma ….

Listes de langages d’amour, mots doux et légendes :

4 moments forts – 4 cadeaux faciles – 4 compliments – 4 gestes tendres – 4 services rendus

Valoriser les habitudes relationnelles agréables :

C’est agréable de dire bonjour avec un sourire
C’est mieux de partager : on ne compte pas les nouilles dans l’assiette du voisin.
Quand on prend son temps, on arrive plus vite au résultat.
La relation est souvent la solution.
Quand on dépasse la petite voix qui me dit d’arrêter les efforts, on se sent vraiment plus fort.

 

On peut choisir le moment d’être mère ou père mais on ne choisit pas celui d’être grand-mère ou grand-père.

Nous flânerons d’abord dans la galerie de portraits des grands parents de jadis avec leurs coutumes, leur métier, leurs tâches quotidiennes, les loisirs partagés qui prennent de plus en plus de place. Ce sont nos récits qui les font revivre et nous font aborder ces lieux de la mémoire à partager et à transmettre.
Nul ne peut vivre sans aucune référence aux origines, sans construction d’un mythe familial.
Devenir grands parents, c’est aussi replacer, remanier la Relation avec ses enfants devenus parents, être à la fois présents et s’effacer (pas pesants). Cela n’est pas toujours facile !
Nos petits-enfants nous emmènent sur des routes quelquefois inconnues. Ils peuvent nous apprendre combien nous avions envie d’y marcher un moment avec eux, en leur proposant des valeurs du passé qu’ils transformeront et enrichiront.
« Un homme n’est vieux que lorsque les regrets ont pris chez lui la place des rêves » John Barrymore.

 

Devenir grands parents, n’est-ce pas accepter de vieillir finalement, d’entrevoir la mort tout en offrant à ses petits enfants une image de vie ?
A travers la rencontre des générations, se vit l’expérience de nos fragilités et de nos difficultés. C’est à cette ambivalente condition que pourra s’édifier une nouvelle histoire.