/* Disable related YouTube videos with DIVI */
Paroisses Catholiques de Dinard | Pleurtuit | Saint-Briac | Saint-Lunaire | Saint-Enogat | La Richardais | Le Minihic-sur-Rance

Un film écrit et réalisé par Michat Kondrat, avec Kamila Kamihska et Maciej Matysa.

La véritable histoire de sœur Faustine, et des nombreuses apparitions du Christ qu’elle a reçues dans les années 1930. Elle sera chargée de diffuser au monde entier le message de sa Miséricorde divine, une mission que poursuivra le père Michel Sopocko, son confesseur, après la mort de Faustine… Le réalisateur signe un docu-fiction d’une grande pureté, à la photographie particulièrement soignée, qui multiplie les témoignages d’experts, religieux ou historiens, pour nous faire découvrir Faustine en profondeur et le message extraordinaire – révolutionnaire même – de la Divine miséricorde. Avec grâce etjustesse, Kamila Kaminska campe une sœur Faustine déterminée, inspirée et très touchante.

Ciné-Armor de Pleurtuit – Dimanche 23 mai à 17h et lundi 24 mai à 19h

article film Faustine

Hélène Kowalska est née le 25 aout 1905, en Pologne. Elle entre à 20 ans chez les sœurs de Notre Dame de la Miséricorde à Varsovie et devient Sœur Marie Faustine du Très Saint Sacrement. Sa vie est très simple : elle travaille au service de ses sœurs en cuisine, dans le jardin ou encore comme portière. Mais derrière cette simplicité se cache une grande communion avec Dieu. Ses 13 ans de vie religieuse furent marqués par de grandes souffrances physiques et morales (maladies, moqueries, critiques) ainsi que par de nombreuses expériences mystiques.

Lors d’un entretien avec le Christ, elle reçoit une grande mission : celle de rappeler au monde entier Son Amour Miséricordieux. Elle reçoit également de Jésus la demande de faire réaliser un tableau d’après ce qu’elle a elle-même contemplé lors de sa vision mystique, et de faire vénérer cette image dans le monde entier – le premier tableau est effectué par le peintre Eugène Kazimirovski à Vilnius (Wilno) en 1934. Toutes ses expériences mystiques et ses entretiens avec Jésus ont été mis par écrit par la Sainte elle-même, dans le Petit Journal, sur la demande de son directeur spirituel, le bienheureux Père Michel Sopocko (lire ici le texte intégral du Petit Journal).

Emportée par la tuberculose, elle meurt à 33 ans, le 5 octobre 1938, en odeur de sainteté. Elle est déclarée bienheureuse par le Pape Jean Paul II, le 18 avril 1993, le premier dimanche après Pâques. Puis elle est canonisée le 30 avril 2000, ce même dimanche après Pâques, par le pape Jean Paul II qui institue également la Fête de la Miséricorde Divine.