Paroisses de Dinard, La Richardais, Le Minihic, Pleurtuit, Saint-Briac, Saint-Lunaire
http://paroisses-dinard.catholique.fr/Vous-qui-vous-vantez-d-etre
        "Vous qui vous vantez d’être catholiques, que faites-vous ?"

"Vous qui vous vantez d’être catholiques, que faites-vous ?"

C’est la question que posait Frédéric Ozanam il y a deux siècles à ses contemporains !


Nous fêtons cette année le bicentenaire de la naissance du Bienheureux Frédéric Ozanam, fondateur à l’àge de 20 ans des premières Conférences de Charité.

A la suite d’une grave épidémie de choléra qui fera 100 000 victimes en France, il crée avec d’autres étudiants de la Sorbonne un groupe de jeunes catholiques "composé de braves et pieux amis qui joignent les œuvres à la parole et ainsi affirment la vérité de leur foi".
Ce sera la première Conférence de Charité. Ce petit groupe se réunit le 23 avril 1833, jour du vingtième anniversaire de Frédéric Ozanam, près de l’église Saint-Sulpice à Paris.
Très vite, il se place sous le patronage de Saint Vincent de Paul (1581-1660), l’apôtre de la charité, et ce groupe se donne une double priorité : la visite des personnes et des familles pauvres et la vie spirituelle de ses membres.

Quand Frédéric Ozanam meurt en 1853, la petite Conférence devenue Société de Saint-Vincent de Paul est présente dans 900 villes en France.

Ah quelle époque orageuse mais instructive ! Apprenons-y à défendre nos convictions sans haïr nos adversaires, à aimer ceux qui pensent autrement que nous, à reconnaître qu’il y a des chrétiens dans tous les camps et que Dieu peut être servi aujourd’hui comme toujours. Plaignons-nous moins de notre temps et plus de nous-mêmes : soyons moins découragés, mais soyons meilleurs, disait-il.

Ou encore, le 13 novembre 1836 :

La question qui divise les hommes de nos jours n’est plus une question de formes politiques, c’est la question sociale, c’est la question de savoir qui l’emportera, de l’esprit d’égoïsme ou de l’esprit de sacrifice ; si la société n’est qu’une grande exploitation au profit des plus forts ou une consécration de chacun pour le bien de tous et surtout pour la protection des plus faibles. D’un côté la puissance de l’or, de l’autre la puissance du désespoir. Entre ces deux armées il nous faudra nous précipiter, sinon pour empêcher du moins pour amortir le choc. Voilà l’utilité possible de notre Société de Saint Vincent de Paul.

Propos on ne peut plus d’actualité qui ne peuvent que nous inciter à nous engager davantage.

La Conférence Saint-Vincent de Paul de Dinard

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito


homelie

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Communauté de l'Emmanuel

Lectures du jour

Saint(s) du jour