Paroisses de Dinard, La Richardais, Le Minihic, Pleurtuit, Saint-Briac, Saint-Lunaire
http://paroisses-dinard.catholique.fr/L-Onction-des-malades
    L’Onction des malades

L’Onction des malades

Sacrement de la compassion et du réconfort de Dieu…

Avec la visite aux malades et la communion eucharistique, l’onction des malades est « un signe (efficace) qui atteste d’une manière spéciale l’amour de Dieu pour lui et agissant en lui. » (Rituel pour les sacrements des malades n°14)


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 2 janvier 2017
  • réagir

Ce sacrement de "guérison" ayant longtemps été réservé aux mourants, il a reçu l’appellation réductrice d’« extrême onction » ; avec le concile Vatican II, l’onction des malades a retrouvé toute sa place dans la vie chrétienne. Il manifeste en effet la présence compatissante du Seigneur à nos côtés dans les moments d´épreuve que sont la maladie ou la vieillesse.

La célébration de ce sacrement consiste en cette onction d’huile bénite sur le front et en l’imposition des mains. Bénie par l’évêque lors de la messe chrismale annuelle, l’huile dite des malades apporte force et douceur. Elle pénètre la peau, répand sa bonne odeur, fortifie le corps. Voici les mots qui accompagnent l’onction avec l’huile sainte sur le front et dans les mains des malades :
« Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. » (Rituel Sacrements pour les malades N° 129)

Alors que la maladie apporte souffrance, inquiétude et peut même entamer le goût de vivre, le sacrement rappelle la dignité de chacun, raffermit la confiance, donne la force de supporter son épreuve et l’assurance qu’il la vit en proximité avec le Christ.

Voici comment le pape Benoît XVI parlait de la grâce de ce sacrement lors de son pèlerinage à Lourdes le 15 septembre 2018 :
« La grâce propre à ce Sacrement consiste à accueillir en soi le Christ médecin…Cependant, le Christ n’est pas médecin à la manière du monde. Pour nous guérir, il ne demeure pas extérieur à la souffrance éprouvée ; il la soulage en venant habiter en celui qui est atteint par la maladie, pour la porter et la vivre avec lui. La présence du Christ vient rompre l’isolement que provoque la douleur. L’homme ne porte plus seul son épreuve, mais il est conformé au Christ qui s’offre au Père, en tant que membre souffrant du Christ, et il participe, en Lui, à l’enfantement de la nouvelle création (…) Sans l’aide du Seigneur, le joug de la maladie et de la souffrance est cruellement pesant. En recevant le Sacrement des malades, nous ne désirons porter d’autre joug que celui du Christ, forts de la promesse qu’il nous a faite que son joug sera facile à porter et son fardeau léger »

Si vous désirez ou l’un de vos proches désire recevoir ce sacrement, vous pouvez prendre contact avec l’accueil de nos paroisses :
St Guillaume de la Rance (Pleurtuit, le Minihic) : 09 81 94 25 34
Notre Dame d’Emeraude (Dinard, la Richardais, St Briac, St Lunaire) : 02 99 46 13 32
- si votre proche ou vous même séjourne en maison de retraite ou à l’hôpital, vous pouvez aussi prendre contact avec l’aumônerie .

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


homelie

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Communauté de l'Emmanuel

Lectures du jour

Saint(s) du jour