Paroisses de Dinard, La Richardais, Le Minihic, Pleurtuit, Saint-Briac, Saint-Lunaire
http://paroisses-dinard.catholique.fr/En-procession-sous-le-soleil-de
      En procession sous le soleil de Dieu

En procession sous le soleil de Dieu

Répondant à l’"appel du 18 juin" lancé par Sophie, l’équipe des Dimanche En Paroisse s’est mise en route plusieurs semaines avant l’événement. Un beau souvenir en vidéo et photos !


 ;
 ;

Pour réussir, il faut anticiper...
Nous avons donc commencé par une revue d’effectifs : "qui est présent ?".
Et là, les difficultés débutèrent, car plus d’un de nos amis, d’une courtoisie exquise, nous a répondu dès le lendemain : "Bravo pour ce que vous faites, mais je ne suis pas là !".
C’est vrai, il y a les communions et confirmations, les examens, les parents âgés et même la sortie en mer - alors là, rien à dire c’est même un devoir -. J’ai beaucoup pensé à notre chère Blandine qui n’a pu faire qu’une rapide apparition.

JPEG - 59.3 ko
La messe

C’est donc par l’épreuve de la "Grande Solitude du Chef" que nous avons débuté la mise en chantier de ce dernier Dimanche En Paroisse avant l’été, un DEP marqué surtout par la Procession de la Fête Dieu.

Pierre obtint rapidement l’appui de la mairie pour la mise en place des tentes, barrières et mobilier ainsi que la participation des policiers pour faciliter le franchissement de l’avenue au pied de l’église. Nous sommes sur le domaine public et c’est le grand mystère de cette Fête-Dieu : la solennité du Corps et du Sang du Christ dans l’Eucharistie nous entraîne hors les murs pour que tous en soient touchés.

JPEG - 56.8 ko
Louange à Marie en araméen

Comme les années précédentes nous avons obtenu l’autorisation de terminer la procession dans le Parc du Prieuré, dépendant du diocèse aux Armées. Son aumônier, le Père Roiné, à son habitude, donna tout de suite son accord pour sa participation, et la chorale du Prieuré se joignit à la chorale paroissiale pour la messe. La Maison Saint François se joignit également à nous. Isabelle Delaforge, la gestionnaire du Prieuré, mit tout en oeuvre pour nous faciliter notre installation matérielle, les barrières d’abord et la signalisation des zones à éviter, les serres, le blockhaus et le petit mur surplombant le bord de plage. Tout ce travail de préparation fut entrepris par l’équipe habituelle, d’une grande fidélité ; nous devons la remercier.

JPEG - 72.6 ko
La procession sort de l’église

Au passage, il a fallu régler la question de l’accès des véhicules par la porte Est du Parc, interdite en raison des travaux de voirie, et celle du cheminement de la procession ; sans difficulté, Madame Delaforge nous autorisa à pénétrer par la porte principale, rue des Chevaliers de Monfort. Ces personnages méritent être cités car ils établirent ce Prieuré au Moyen Age, une récente publication vient d’en retracer l’histoire.

JPEG - 42 ko
La procession descend vers le Prieuré

La préparation de la messe et de la procession passa par une série de coordination entre toutes les équipes concernées : chorales - merci Emmanuel -, sonorisation pendant le déplacement, ordre de procession, fleurs pour les servantes d’assemblée - merci à Véronique et aux autres - ; le reposoir fut l’oeuvre de Jean Marie et Brigitte ; Gaëlle - qu’elle soit ici remerciée - s’investit à fond dans la coordination de trois équipes : le dais - merci à Michel et son équipe, et à Arnaud -, les "petits objets" sortis de l’oubli des sacristies et surtout les bannières dont la restauration fut l’œuvre d’une équipe de brodeuses dont nous devons saluer le travail.

JPEG - 54.7 ko
La procession au-dessus de la piscine

Au cours de la messe, le Père Luc nous rappela certains détails de l’institution de la Fête-Dieu, au milieu du Moyen Age, alors que des doutes sur la présence réelle s’exprimaient ; c’est à Sainte Julienne du Mont Cornillon - une léproserie -, en Belgique que l’on doit l’institution de cette fête. Elle ne comprit que fort tard le sens de ses visions : une lune barrée par une bande opaque signifiant qu’il manquait à l’église une fête pour manifester sa fidélité à la présence réelle du Corps et du Sang du Sauveur sous les apparences du Pain consacré.

JPEG - 38.1 ko
Arrivée de la procession dans les jardins du Prieuré

En fin de messe, un de nos amis, exilé de son pays en guerre, accompagné d’une violoniste, chanta, d’une voix chaude et vibrante, sa louange à la Vierge Marie ; c’était en araméen, un texte que peut être entendit notre Mère au temps zéro du Salut. Vertige !

Puis après les consignes d’usage et des recommandations spirituelles, la procession s’ébranla. Le franchissement du boulevard se fit à pas mesurés - merci aux policiers et merci à l’équipe de tête, Pierre, Pascal et Christophe - la sono fut efficace - merci à Maxime -. L’encens s’éleva, les roses jaillirent devant l’ostensoir porté par le Père Luc. Le Père Gaël nous livra une première méditation à hauteur de la piscine sur le quai puis une deuxième avant d’entrer au Prieuré ; les baigneurs de la plage semblaient de ne pas nous voir ; nous, nous adorions !

JPEG - 39.1 ko
Le Saint-Sacrement sous le dais, avec les bannières

Dans le Parc du Prieuré, un délicieux reposoir nous attendait, nous pûmes nous recueillir longuement face à la mer. Paysage éblouissant de beauté !

Le Père Luc prit ensuite la parole pour saluer le départ de deux de nos prêtres, le Père Drougard qui rejoint la Maison des Petites Sœurs des Pauvres en face à Saint Servan et le Père Matthieu qui assurera à la rentrée la formation des séminaristes de la Communauté de l’Emmanuel, à Namur. Ils reçurent chacun un cadeau souvenir de la part du Père Luc.

JPEG - 33.1 ko
Le Père Matthieu, le Père Drougard, et le Père Luc

Le moment de nos agapes fraternelles commença par l’incontournable "apéro" servi par le merveilleux sourire de notre bon ami Philippe, le roi du "douxdoux !". Sous les tentes, Martine et son équipe de nourricières nous permirent de goûter aux nombreux plats apportés par chacun. Le café ne fut pas oublié - merci à Martine G - Comme à Cana, et malgré la chaleur, l’eau n’a pas manqué grâce au dévouement de notre bonne Gaëlle, notre économe qui nous livre, tôt le matin, tout ce dont nous avons besoin pour le "service des tables".

Dans l’après midi, plusieurs animations, annoncées par le Père Gaël, nous tinrent en haleine : une quête pour un projet au Burundi, un "Bingo" et un "Flashmob" encore mystérieux pour ceux qui ne sont plus des "teen-agers".

JPEG - 30.7 ko
Le flashmob

Enfin, sonna l’heure de la retraite ; le rangement de nos installations se fit avec rapidité grâce au dévouement de la jeune garde et à l’efficacité de Christophe, mon alter ego que je remercie ici chaleureusement pour son efficacité et son engagement. J’ai savouré ce moment où, en bon responsable, il m’a téléphoné, en fin d’après-midi, pour rendre compte que tout était en ordre, "nominal", et cet autre moment où, après la fête, nous nous retrouvâmes à la chapelle pour remercier et nous souvenir de la prière de l’Ange aux petits enfants de Fatima dont le cœur de la formulation : "... et je vous demande pardon pour tous ceux qui ne vous aiment pas" nous ouvre au grand drame de l’Amour qui n’est pas aimé.

Pierre Vaquié, un des responsables DEP

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Retour sur évènements


homelie

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Communauté de l'Emmanuel

Lectures du jour

Saint(s) du jour